2. Une main-d’œuvre en bonne santé et efficace

Page d'accueil

La plus grande ressource de la Régie, ce sont ses forces vives. En effet, nos quelque 30 000 employés, médecins, apprenants et bénévoles donnent chaque jour le meilleur d’eux-mêmes. Nous avons la chance de pouvoir compter sur des personnes qualifiées et pleines de compassion.

Notre capacité à fournir des soins et des services sûrs et de qualité dépend de la santé et du bien-être de nos équipes. En tant qu’organisation ayant pour mission d’aider les Néo-Écossais à être en santé et à le rester, nous avons la responsabilité de protéger et d’améliorer la santé et la sécurité de celles et ceux qui ont choisi de travailler, d’apprendre ou de faire du bénévolat avec nous.

Nous pouvons, à titre de plus important employeur en Nouvelle-Écosse, jouer un rôle de premier plan pour faire progresser ce travail. Il s’agit donc premièrement d’adopter une approche globale incluant la santé des personnes, le leadership, la sécurité au travail, la productivité et l’efficacité organisationnelle, et deuxièmement d’avoir un large éventail de programmes, de ressources et de soutiens dans tous ces domaines.

Au cours des trois dernières années, nous avons mis en œuvre diverses initiatives, notamment pour le soutien à l’assiduité, la prise en charge et la mobilité des patients en toute sécurité, la santé mentale et la résilience, l’évaluation de la santé, la radioprotection, les interventions de retour rapide au travail, ainsi qu’un programme complet de lutte contre la violence au travail. Ces programmes visent à promouvoir une culture de la santé, de la sécurité et du bien-être.
Voici un aperçu des progrès et des défis en 2018-2019 en ce qui concerne la santé et l’efficacité de la main-d’œuvre :

Prévenir et combattre la violence et les agressions au travail

  • • En 2018, le personnel de la Régie a signalé 1 518 incidents au travail, par rapport à 872 en 2017. Cette augmentation serait attribuée à une meilleure formation et à une plus grande sensibilisation du personnel, de la direction et des syndicats à l’importance de signaler les actes de violence et les comportements agressifs.
  • • Les incidents entraînant une perte de temps de travail ou nécessitant une évaluation médicale sont également signalés à la Commission des accidents du travail. Au cours de l’année civile 2018, 79 incidents ont été signalés, entraînant 19 demandes pour perte de temps.
  • • Au cours des deux dernières années, conformément à nos efforts en matière de prévention de la violence, plus de 5 000 membres du personnel ont suivi des séances de formation générale sur la violence au travail à travers notre système de gestion de l’apprentissage, et plus de 1 000 membres du personnel fournissant des soins directs aux patients ont suivi une formation sur les interventions non violentes en cas de crise.

Soutenir la santé mentale au travail

Depuis 2016, la Régie a dispensé la formation « L’esprit au travail » à quelque 890 employés et 416 gestionnaires. Il s’agit d’un programme fondé sur des données probantes visant à réduire la stigmatisation et améliorer la résilience mentale. Dans le cadre de notre partenariat avec la Commission de la santé mentale du Canada, nous participons à une étude portant sur les effets de la formation « L’esprit au travail » sur nos effectifs.

Vaccination du personnel contre la grippe

En 2018-2019, le taux de couverture vaccinale contre la grippe, chez les travailleurs des établissements de soins de courte durée de la Nouvelle-Écosse, était de 38 %, par rapport à 39 % à la fin de la campagne de vaccination 2017-2018. Le taux de vaccination allait de 36 % (région du centre – Halifax, Eastern Shore et West Hants) à 44% (région de l’est – Cap-Breton, Guysborough et Antigonish).

Soutenir l’apprentissage des étudiants

En ce qui concerne les étudiants du domaine de la santé, les stages font partie intégrante de leur formation.

Nous sommes donc heureux, chaque année, de pouvoir collaborer avec les universités de la province et le Nova Scotia Community College (NSCC) pour que les étudiants puissent faire des stages dans des programmes cliniques et non cliniques.

Au cours des deux dernières années, l'Université Dalhousie, l'Université St. Francis Xavier et l'Université Cape Breton ont mis en place un nouveau programme d’études de premier cycle en sciences infirmières tout en dispensant leurs programmes précédents. Nous avons offert, entre janvier et avril 2019, un nombre record de stages, c’est-à-dire 1 600.

Offrir 1 600 stages au cours d’une période de quatre mois a posé un certain nombre de défis et nécessité de notre part à la fois de la créativité et un travail de collaboration. Les étudiants des programmes d’infirmiers autorisés (IA) et d’infirmiers auxiliaires autorisés (IAA) de la province ont fait le plus grand nombre de stages.

Tous les membres de la Régie, y compris les gestionnaires des soins de santé, les responsables de programme, les infirmiers et infirmières, les équipes de soins de santé interdisciplinaires ainsi que le personnel chargé des stages se sont surpassés pour trouver un stage à tous les étudiants du programme de sciences infirmières.

Nous savons que la prochaine génération de fournisseurs de soins de santé sera influencée par son expérience au sein de la Régie. Les étudiants infirmiers que nous aidons et encadrons seront en effet nos nouveaux employés.

Renforcement des capacités des gestionnaires

Au cours de l’exercice 2018-2019, nous nous sommes concentrés sur l’élaboration et la mise en œuvre de programmes visant à aider les gestionnaires et les responsables cliniques dans leur travail. Nous avons donc mis en place pour eux un programme de base et offert d’autres possibilités de perfectionnement. Nous avons également entamé notre processus de planification de la relève afin de déterminer les postes et les talents à cibler ainsi que pour remédier aux lacunes éventuelles et répondre aux besoins organisationnels. Le renforcement des capacités à tous les niveaux de gestion et de direction continuera d’être une priorité. Il s’agira notamment d’offrir des programmes supplémentaires, d’avoir des rétroactions à 360 degrés ainsi que de proposer de l’encadrement et du mentorat.

Offrir des soins de qualité grâce aux bénévoles

George McKelvie Les services de la Régie qui sont chargés du bénévolat ont élaboré une stratégie de recrutement de bénévoles intitulée « #WeNeedYou », afin d’informer les futurs bénévoles sur les divers rôles et avantages du bénévolat ainsi que sur la façon de s’impliquer. La campagne ne vise pas seulement à accroître la sensibilisation, mais également à aller vers les communautés qui sont sous-représentées chez les bénévoles.

Les services de la Régie qui sont chargés du bénévolat ont également collaboré avec le centre de santé communautaire Hants et l’équipe du bien-être sur un projet novateur visant à réduire le nombre de bénévoles qui ne se présentant pas aux rendez-vous. Un bénévole était chargé d’appeler le lundi matin les clients inscrits pour un rendez-vous prévu pour la semaine suivante. L’équipe a rédigé un texte que les bénévoles peuvent utiliser pour s’assurer que les clients obtiennent les mêmes informations. Les absences liées aux rendez-vous et aux programmes de bien-être ont baissé de 40 % (passant de 15 % à 9 %).

Visites médicales de groupe pour les soins de santé primaires

Trois équipes de soins de santé primaires ont reçu le Prix 3M de la qualité pour les équipes de soins de santé du Collège canadien des leaders en santé pour l’initiative Obtenir les soins dont j’ai besoin, quand j’en ai besoin : Les visites médicales de groupe permettent d’apporter des changements dans les domaines prioritaires du système de soins de santé primaires.

Cette initiative, qui a également été récompensé par le prix « Gold Quality Team » 2018 remis par la Régie, constitue un moyen novateur et axé sur le patient d’améliorer l’accès aux soins de santé primaires, notamment pour la gestion des maladies chroniques. Les bons résultats obtenus à ce jour se rapportent aux aspects suivants : meilleur accès aux soins, satisfaction élevée relativement à l’obtention de soins adaptés en temps voulu, rapport coût-efficacité et efficiences du système.

Conclusion de conventions collectives pour quatre unités de négociation

À l’automne 2018, la Régie et le IWK Health Centre (IWK) ont conclu des conventions collectives pour les quatre unités de négociation représentant les employés syndiqués.

La Régie et le IWK se félicitent de l’aboutissement du processus de négociation collective. Les négociations ont été complexes et nécessité beaucoup de travail de la part de toutes les parties afin de réduire près d’une cinquantaine de conventions à quatre par employeur.

Nous avons désormais des conventions collectives avec les conseils syndicaux pour les soins de santé, le soutien médical, les professionnels de l’administration de la santé et les soins infirmiers. Selon la Régie, le processus a été constructif et a abouti à un résultat juste et raisonnable pour les employés et les employeurs, ainsi que pour les patients et les familles.