3. Création, avec les Néo-Écossais, d’un avenir plus sain

Page d'accuei

De la grimace au sourire : la Régie invite les patients et le public à élaborer un nouveau modèle et un nouveau menu pour le service aux chambres

room service

Par Margaret Angus

Il suffit de prononcer les mots « nourriture d’hôpital » à la plupart des gens pour les faire réagir.

Dans les hôpitaux de la Régie qui offrent les menus traditionnels, le niveau de gaspillage (environ 30 %) exprime clairement le mécontentement des patients.

L’alimentation étant essentielle à la guérison, la Régie s’emploie à élaborer un meilleur modèle ainsi qu’un menu offrant aux patients ce qu’ils veulent, quand ils le souhaitent.

Comment l’équipe chargée des services de nutrition et d’alimentation sait-elle ce que veulent les patients? C’est simple, elle leur a demandé.

En juillet 2018, l’équipe a en effet mené une enquête auprès de 469 patients dans toute la province.

Voici ce qu’ils ont dit :

  • • Soixante-dix pour cent des patients préfèrent un petit déjeuner tardif et un souper entre 20 h 30 et 21 h.
  • • Soixante-seize pour cent des patients préfèrent, lorsqu’ils ne se sentent pas bien, une bonne soupe copieuse faite maison ou des plats généralement servis au petit déjeuner.
  • • Quatre-vingts pour cent des patients mangent de plus petites portions quand ils ne se sentent pas bien.
  • • Soixante-dix pour cent des patients hospitalisés veulent une alimentation moins restrictive afin de pouvoir reprendre des forces.
  • • Quatre-vingt-neuf pour cent des patients considèrent que modifier le service aux chambres est une bonne chose.
  • • Dans les hôpitaux qui ont déjà mis en place un nouveau modèle de service aux chambres, le taux de satisfaction est supérieur à 90 %.

Consciente que les préférences et les pratiques alimentaires diffèrent selon les cultures, l’équipe a demandé l’avis de différentes communautés.

Bien que certains des commentaires reçus correspondent aux résultats du sondage réalisé auprès des patients hospitalisés, l’équipe a appris certaines choses. Voici ce que les participants ont suggéré :

  • • Offrir des menus dans différentes langues;
  • • Utiliser davantage d’épices ou offrir la possibilité d’ajouter soi-même des épices;
  • • Utiliser de l’huile d’olive, du miel et du citron pour ajouter de la saveur;
  • • Tenir compte du fait que l’heure du principal repas diffère selon les cultures;
  • • S’assurer que les personnes qui prennent les commandes et qui servent les repas ne portent pas de jugement sur les choix des patients et respectent leur culture;
  • • Ne pas oublier que les repas cashers doivent être préparés dans une cuisine cashère; sans cela, il s’agit seulement d’un repas de style casher;
  • • Indiquer clairement les aliments halals;
  • • Offrir différentes portions pour le plat principal;
  • • Offrir des aliments de saison et locaux lorsque cela est possible;
  • • S’assurer que les personnes qui prennent les commandes et qui servent les repas sont professionnelles, chaleureuses et patientes et mettent l’accent sur la propreté et la salubrité des aliments;
  • • Demander à des patients d’essayer des plats pour s’assurer qu’ils conviennent;
  • • Offrir aux membres de la famille ou aux invités la possibilité de commander un repas (payant) afin qu’ils puissent manger avec le patient.

« Il est très utile que les patients et le public nous disent quels sont pour eux les aliments importants, en particulier ce qu’ils aiment manger quand ils sont malades, explique Brenda MacDonald, directrice principale des services de nutrition et d’alimentation. La nourriture est un élément essentiel de la guérison. Lorsque les patients ont la possibilité de commander des plats qu’ils aiment, ils sont plus susceptibles de manger, ce qui réduit les risques de malnutrition. »

Le nouveau modèle de service aux chambres permettra aux patients de commander des repas ou des collations lorsqu’ils auront faim, plutôt qu’à une heure déterminée à l’avance. Le service sera offert de 12 à 14 heures par jour.

Chaque repas sera préparé dans une cuisine à proximité puis livré dans les 45 minutes. Les membres de la famille ou les invités pourront également commander des plats et les payer avec une carte de débit ou de crédit.

L’équipe chargée des services de nutrition et d’alimentation continuera de demander l’avis des patients et du public à mesure que le menu et le modèle évoluent. Elle prévoit de proposer le nouveau service aux chambres d’abord au Halifax Infirmary (Centre des sciences de la santé QEII) à la fin de 2019, puis dans les autres hôpitaux de la Régie par la suite. L’équipe souhaite qu’au bout du compte les Néo-Écossais parlent en bien des repas d’hôpitaux et disent, avec le sourire, que ces repas sont délicieux et nourrissants et qu’ils leur ont permis de se rétablir.